Emile PICHENY est né le 27 mars 1888 à Trélon dans le Nord. En 1900 sa famille déménage pour s'installer à Fourmies. Comme son père et son grand-père avant lui, Emile exerce le métier de verrier. Il effectue son service militaire au 84ème RI d'octobre 1909 à septembre 1911, puis une période d'exercice du 28 août au 19 septembre 1913. Ces 3 photos ont été prises pendant cette période et Emile est à chaque fois indiqué par une croix.

compo service militaire

La première, en haut à gauche, a été prise fin juin 1911 au camp de Sissonne. Emile, comme presque tous ces camarades, arbore sur sa poitrine le chiffre 90 inscrit à la craie. C'est le nombre de jours qu'il leur reste avant la fin de leur service. La seconde photo, en haut à droite aurait été prise dans le jardin public d'Avesnes sur Helpe, près de la rotonde. Enfin la dernière photo montre son escouade en tenue d'exercice.

Il se marie le 18 janvier 1913 et de cette union nait un fil le 1er novembre de la même année.

Réserviste de l'armée d'active en 1914, Emile est rappelé par l'ordre de mobilisation générale et rejoint le régiment le 3 août. On sait peu de chose de son parcours au début de la guerre mais la mémoire familiale fait état d'une blessure reçue en Orient. On sait donc qu'il a vécu les combats du régiment au moins jusqu'à la fin 1915. Il a été blessé au genou et du ramper pour regagner les lignes françaises avec la peur d'être capturé par les Bulgares. Suite à cette blessure, il revient au dépôt du régiment. C'est à cette période que sont prises les 4 photos suivantes:

_picheny

Sur cette photo Emile, à gauche, et son camarade à droite porte une capote à laquelle il manque une rangée de boutons. Ce genre de détail est caractéristique des uniformes portés au dépôt. On y utilise des effets d'économie, simplifiés ou d'ancien modèle. De plus l'arrière plan de cette photo est le même que d'autres photos que j'ai eu l'occasion de visionner et qui ont toutes pour sujet des soldat au dépôt à Hautefort.

_Numériser0012

Cette seconde photo, prise au même endroit mais avec un angle légèrement différent, montre Emile dans son uniforme bleu horizon donc à partir de 1915.

_Numériser0005

Une troisième photo d'Emile toujours avec son uniforme du dépôt mais photographié dans un studio.

_Numériser0034


Enfin une dernière photo, de groupe cette fois. Emile est assis au premier rang à gauche. Tous portent la tenue bleu horizon modèle 1915 et l'un d'entre eux au dernier rang porte le casque Adrian aussi du modèle 1915. Ce nouvel uniforme et ce casque sont distribués dans la deuxième moitié de l'année 1915 et les hommes dans les dépôts ne sont pas prioritaires. Je pense donc que cette photo date de la toute fin 1915 ou des premiers mois de 1916.

En effet, fin avril 1916 Emile part avec un renfort pour le 162ème RI et est affecté à la 1ère compagnie. Ce régiment est au repos dans la région St Dizier - Bar le Duc et reconsitue ses effectifs après avoir été éprouvé au Mort-Homme.

Quelques jours après l'arrivée d'Emile le 162e RI remonte en ligne au Mort-Homme puis dans le secteur de Thiaucourt en mai. Suivent la Lorraine de juin à août puis la Somme de septembre à la fin de l'année. Début 1917 le régiment se trouve dans l'Aisne à Berry-au-Bac.

C'est là qu'Emile trouve la mort. Il est blessé à la tête le 16 avril alors que son régiment attaque et prend les positions allemandes. Les pertes sont très lourdes: le régiment perd 910 hommes (tués, blessés, disparus) entre le 16 et le 18 avril. Un camarade nommé TROTTIN, lui aussi venu du 84e RI (à droite, un verre à la main, sur la première photo prise au dépôt) le ramène à l'arrière. Il décède de ses blessures et est inhumé le 24 avril 1917 au cimetière du Choléra. C'est cette date qui sera retenue comme date de décès officielle par le tribunal d'Avesnes en 1920. Il repose aujourd'hui dans la nécropole nationale de Berry-au-Bac sous la tombe N° 878.

En 1922, il est décoré à titre posthume de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre avec étoile de bronze avec les citations suivantes:

citations

"Brave soldat. Tué pour la France à son poste de combat, le 25 avril 1917, à Guignicourt"

"Soldat brave et dévoué. Mort pour la France le 24 avril 1917 des suites de ses blessures reçues à son poste de combat."

On remarque que l'une des citations mentionne une mort le 25 avril alors qu'il à déjà été inhumé (!?).

Merci à dan, son petit fils, pour l'aide qu'il m'a apportée.

 

Sources:

- Archives de la famille.
- Fiche Mémoire des Hommes.
- Registre matricule (vue 273/713).
- Site du Chtimiste.