Ce 23 août 2014 marque le centenaire du baptême du feu pour le 84ème régiment d'infanterie.

Mais revenons un peu en arrière. Dès le 1er août, les différentes fractions du régiment, casernées à Avesnes-sur-Helpes, Landrecies et Le Quesnoy reçoivent l'ordre de mobilisation. Les préparatifs sont enclenchés et les jours suivants voient l'arrivée des réservistes à qui on distribue uniforme et équipement. Le 5, c'est le grand départ, et les bataillons rejoignent Aubenton par voie ferrée depuis leurs casernements respectifs. Le 6, le régiment cantonne à Sormonne et prend ses emplacements de couverture sur la Meuse au nord de Charleville-Mézières à partir du 7. Pendant plusieurs jours le régiment reste dans cette région opérant quelques reconnaissances et ajustant son dispositif vers le nord entre Monthermé et Château-Regnault.

Le 13, le 1er Corps d'Armée commence son mouvement vers le nord pour gagner l'est de Phillipeville. En plusieurs étapes il arrive à Anthée le 15 au petit matin. Vers 13h les Allemands arrivent a conquérir Dinant et le 84ème RI reçoit l'ordre d'avancer sur Onhaye (entre Anthée et Dinant). Finalement Dinant est repris par les 8e et 73e d'infanterie et le 84ème envoi son 2ème bataillon sur place pour les aider à s'y maintenir conformément aux ordres. Le 1er bataillon s'avance au niveau du pont d'Anseremme (au sud de Dinant), tandis que le 3ème bataillon reste à Onhaye. Les jours suivants le régiment reste sensiblement sur les mêmes positions. Le 16, le 1er bataillon rentre d'Anseremme et rejoint Onhaye, et le 18 c'est au tour du 2ème bataillon de revenir de Dinant. Le soir du 19, le 3ème bataillon cantonne à Gérin, quelques kilomètres à l'ouest d'Onhaye.

Le 22 août à 2 heures du matin, le régiment prend la direction du nord pour gagner Sart-Saint-Laurent. Sur place il reçoit l'ordre de d'organiser défenssivement les fermes Romedenne, Bijart, Furnaux, Malplaquée et Nouve Maujonne. Le 3ème bataillon et 2 compagnies du 2ème occupent ces fermes, tandis que le reste du régiment est en réserve dans le village.

Le 23 à 7h30 le régiment commence à essuyer le feu de l'artillerie allemande. Une heure plus tard un bataillon allemand se dirige sur la ferme Bijart, mais son avance est contenue par le feu du 3ème bataillon. A 10h40 le régiment reçoit l'ordre de se replier sur Saint-Gérard, mais au contact de l'ennemi il lui est difficile de décrocher. Ce n'est que vers 14h que les éléments autour de la ferme Bijart peuvent se replier appuyés par l'artillerie française. Le régiment occupe Saint-Gérard l'après-midi et cantonne le soir à Biert-l'Abbé. La retraite commençait....

C'est dans ces journées des 22 et 23 août que le régiment déplore ses premiers morts, dont (la liste est sans doute incomplète):

- ALLUENS Louis.
- BOSSCHEM Louis.
- BOURET Paul.
- COPIN Julien.
- CRESSON Marcel.
- DURIEZ Emile.
- HOËT Georges.
- LUC Jean-Baptiste.
- SEVRETTE Victor.
- WARTELLE Auguste.
- WILLEMS Marcel.

Ce dernier est cité à l'ordre du régiment en ces termes: "Très bon soldat. Tombé glorieusement en repoussant courageusement une contre-attaque ennemie."

Il est également cité dans le JO du 7 août 1920.

Citation JO 7 août 1920

 Sources:

- JMO du 84ème RI. Cote 26 N666/1.
- JMO du 3ème RG Cie 1/1. 26 N 1270.
- Fiches MPLF sur Mémoire des Hommes.
- Fiche matricule de Marcel WILLEMS. Archives départementales du Nord.
- Journal Officiel de la République Française sur Gallica. Edition du 7 août 1920.
- Blog http://ceuxde14-18.skynetblogs.be/