Cet article à été rédigé par Jean-Christophe LEBRUN, descendant d'Emile MEURANT.

 

Voici un petit article en hommage à mon arrière grand-père, ancien du 84ème Régiment d’Infanterie et ancien combattant de la grande guerre.

MEURANT Emile

 

Né le 22 juin 1883 à Englefontaine, canton de Le Quesnoy-est, dans le  département du Nord (59), il est domestique agricole de profession.

MEURANT Emile appartient à la Classe 1903 avec le matricule au recrutement : 158 AVESNES.

Incorporé au 84ème régiment d’infanterie d’AVESNES à compter du 16 novembre 1904, il arrive au Corps soldat de 2nd classe sous le numéro de matricule : 5952. Il passe soldat de 1ère classe le 16 août 1906.

Il est envoyé dans la disponibilité le 26 mars 1907 avec l’article 22 en tant que soutien de famille en application de l’arrêté ministériel du 12 février 1907. Le certificat de bonne conduite lui est accordé.

Il accomplit une 1ère période d’instruction au 84ème Régiment d’Infanterie du 3 au 21 septembre 1911. Passé au 284ème Régiment d’Infanterie le 15 février 1911, il effectue une 2ème période d’instruction au 284ème Régiment d’Infanterie du 3 au 19 juin 1914.

Rappelé à l’activité par décret de mobilisation générale le 1er août 1914, il arrive au 84ème Régiment d’Infanterie le 3 août 1914 et il est affecté à la 1ère compagnie à compter du 5 août.

_MEURANT - Copie

Carte-photo envoyé par Emile à son père le 11 août 1914 (Coll. JC LEBRUN)

Campagne de 1914

Le  soldat de 1ère classe MEURANT Emile prend part avec le 84ème Régiment d’Infanterie, au sein de la 5ème Armée, à la bataille de Charleroi en Belgique sur les bords de la Sambre. Pendant la retraite générale, le 84ème Régiment d’infanterie va s’illustrer lors de l’épisode glorieux de la bataille de Guise qui demeure pour l'Armée française une belle victoire locale, susceptible tout au moins de gêner gravement les plans du Haut Commandement allemand.

Puis ce sera la Bataille  de  la Marne, le  84ème Régiment d’Infanterie entame alors les longs mois de la guerre de positions, avec l’hiver qui approche et les problèmes de l’intendance militaire qui avait prévu une guerre courte.

Campagne de 1915

Au  début de l’année 1915, le soldat MEURANT Emile se trouve avec son 84ème Régiment d’Infanterie en Champagne dans le secteur de Beauséjour. Au cours des nombreux combats dans ce secteur sensible, il est blessé par un coup de baïonnette et évacué vers les hôpitaux de l’arrière. Il rentre au dépôt en août 1915, à l’issue de sa convalescence mais ne regagne pas son régiment d’origine. Il est affecté en septembre 1915 à la 21ème compagnie du 300ème Régiment d’Infanterie, régiment de réserve du 100ème Régiment d’Infanterie de Tulle en Corrèze. La ville de Tulle est en effet depuis l'invasion, le lieu de repliement du centre de recrutement de Cambrai.

MEURANT Emile ne participera donc pas à la campagne d’Orient avec le 84ème Régiment d’Infanterie.

Le 25 septembre, le même jour que l’offensive principale en Champagne, il prend part avec son nouveau régiment à l’offensive d’Artois.

Campagne de 1916

En mars 1916, MEURANT Emile avec le 300ème Régiment d’Infanterie monte en ligne dans le secteur de Verdun pour prendre part à l’organisation et la défense des forts.

Le 300ème Régiment d’Infanterie arrive dans la Somme en novembre suite à l’offensive générale lancée par les anglais le 1er juillet sur un front de 70 km. 

Campagne de 1917

Le soldat MEURANT Emile participe en avril 1917 à la grande offensive du Chemin des Dames. Le 15 novembre, il est cité à l’ordre du régiment par l’extrait N° 289 « Endurant, brave et consciencieux au front depuis plus de trente mois, a toujours accompli son devoir. Une blessure ». Il obtient ainsi la croix de guerre avec étoile de bronze.

 Le 300ème Régiment d’Infanterie est dissout le 17 novembre 1917  en exécution de la note du Grand Quartier Général du 6 novembre 1917 et ses effectifs sont répartis dans le 1er Corps d’Armée Coloniale. Le 22 novembre, le soldat de première classe MEURANT Emile est affecté à la 7ème Compagnie du 2ème Bataillon du 23ème  Régiment d’Infanterie Coloniale.

Campagne de 1918

Au sein de son nouveau régiment, MEURANT Emile est en première ligne en Champagne, dans le secteur du fort de la Pompelle.

En novembre 1918, le 23ème  Régiment d’Infanterie Coloniale débarquant dans les Vosges, commence son déplacement vers le nord en vue de l'offensive finale lorsqu’il apprend la conclusion de l'armistice. Le régiment pénètre dans le Palatinat en Allemagne le 1er décembre.

Le 28 février 1919, le soldat de première classe MEURANT Emile est dirigé vers Haguenau pour démobilisation. De retour à la vie civile, il retrouvera sa femme et ses deux filles et travaillera comme ouvrier dans une briqueterie à Poix du Nord (59), non loin de son village natal.     

Après la guerre, il est affecté pour la mobilisation, au 127ème Régiment d’Infanterie de Valenciennes puis au 1er Régiment d’Infanterie de Cambrai. Il décède en 1965 à l’âge de 82 ans.

Le soldat de première classe MEURANT Emile, totalise sept ans et un mois de service militaire actif, dont quatre ans et huit mois de campagne contre l’Allemagne.

 

Il est titulaire des décorations suivantes :

- la médaille militaire

- la croix de guerre 1914-1918 avec étoile de bronze

- la croix du combattant

- la médaille commémorative de la grande guerre

- la médaille commémorative de la victoire interalliée

- la médaille de Verdun

- la médaille de la Marne

- la médaille des blessés

 

_MEURANT2 - Copie

Photo d'Emile sur sa carte du combattant (Coll. JC LEBRUN)

Jean-Christophe LEBRUN